Otages à Entebbe, ++++

•Sorti France le : 25 avril 2018
•Synopsis et bande-annonce : otagesaentebbe (via UGC Distribution/YouTube)
•Chronique :

 

—  Point de vue divergent…pour pas changer – Spectatrices et spectateurs captivé.e.s avec une intrigue bien sous tension – Simple, sobre, efficace  —

1976, 7 jours en Afrique, des otages, un membre d’équipage qui sort du lot, un duel politique, une chorégraphie. Voilà, c’est résumé… Hé bien non ! Donc à contenu riche, ressenti plus enrichi !

Film historique sous forme de thriller dynamique et apparemment fait avec beaucoup d’objectivité, Otages à Entebbe – qui semble n’avoir oublié ni personne et ni actes – est intéressant pour de multiples raisons. L’une d’elles est d’entendre la raison pour laquelle la nouvelle génération allemande se dédouanait de leur passé. Cela est subtilement évoqué et l’efficacité assurée.
En effet, la culpabilité que cette génération devrait ressentir, celle héritée des crimes passés perpétrés par leurs aînés, elle la jetait aux oubliettes du fait de ne pas être directement coupable. Non, ils avaient « leur lutte » à eux, mais l’Histoire est l’Histoire.
Donc Otages à Entebbe, ce sont deux allemands qui ont participé à la prise en otage de juifs. C’est surtout sur cela que se focalisaient les regards et qui en grande partie, est resté de cette prise d’otages. Ce film est aussi une histoire racontant comment deux personnes se sont fait duper et dépasser par les événements.

Deux jeunes révolutionnaires allemands décomplexés qui avaient tout pour eux ; Ces mêmes deux jeunes révolutionnaires allemands qui se sont trouvés une cause mais malheureusement pour eux ils étaient affublés d’une étiquette nazi difficile à défaire, même s’ils se revendiquaient humanistes ; Du jeu politique ; L’Afrique noire, mais celle dirigée par des hommes qui veulent se faire un nom aux yeux du monde ; Un État juif et la vie en tant que soldat israélien.ne ; La dualité : rancuniers versus utopistes ou/ et idéalistes, Otage à Entebbe satisfait la curiosité de ses spectateurs.
Sans trop insister, son réalisateur met aussi en avant le courage. Celui de dire des mots et avoir des gestes qui peuvent changer le cours de l’histoire.
Oui, bien des choses dans ce thriller historique, qui malgré un bon brin de tension, ne transcende pas par son suspense. En même temps, le but n’était certainement pas celui-ci.
C’est simple ! Pour bien apprécier ce film, le fait de ne pas savoir de quoi il en retourne aide. Ne pas savoir – ce coup-ci – comment cela se termine, participe grandement à s’immerger dans son action.
Otages à Entebbe. Comme une œuvre partisane, pour un devoir de mémoire…pour la PAIX. Bon film !

« Pour vivre dignement, il faut d’abord vivre librement »

 

  • p.s :  Au passage et en toute neutralité, très belle musique qu’est celle qui accompagne la chorégraphie : Puissante, hypnotique et transcendante.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *