Monsieur Je-Sais-Tout, ++++

•Sorti France le : 9 mai 2018
•Synopsis et bande-annonce : monsieurjesaistout (via Gaumont/YouTube)
•Chronique :

 

—  Un grand gaillard pas très stable qui n’aime les ports d’attache – Un encourgement comme une prophétie – Un drôle de p’tit gars qui débite  —

Tout allait si bien et ce couac. Ce bonhomme qui ne sait dire que la vérité, un super calculateur et une bible de savoir sur jambes avec un sacré sens de la répartie. Rien de grave à condition de ramasser son amour-propre et de ravaler sa fierté.

Si j’osais l’ironie et le cynisme, je dirais : « Ha ! Quel joli coin ce merveilleux cadre bucolique, cette carte postale qu’est La Rochelle pour évoquer…l’Autisme et le syndrome d’Asperger. C’est comme « la misère qui est moins pénible au soleil. »
Mais comme moi, celles et ceux qui feront preuve d’objectivité devront avouer que cela n’est qu’un détail. Car monsieur « Il Sait Tout » avec son talent particulier, qu’il doit cultiver pour survivre voire vivre, peut effectivement se regarder avec beaucoup de légèreté. Mais il serait bien dommage de ne pas prêter attention au sérieux – fait de façon très simple – avec lequel ce syndrome est abordé et nous est présenté.  En effet, expliqué de manière plus positive que dramatique, le spectateur ou la spectatrice ne peut que comprendre de quoi il en retourne.
Hormis la cohabitation avec un enfant atteint du syndrome d’Asperger, cette comédie réussit un autre tour de force, comme pour Larguées, c’est-à-dire à bien faire cohabiter instants drôles et graves tout en se faisant de sorte que les spectatrices et spectateurs se sentent concerné.e.s, comme avec cette délicate situation côté relation familiale.

Scénario simple, facile à deviner, sans longueurs, du rythme, Monsieur Je-Sais-Tout est aussi touchant qu’amusant – sauf pour ceux qui ont l’humour facile et qui ne retiendront que la comédie – avec un beau duo d’acteurs principaux, dont un à qui la gravité va bien. C’est une comédie positive avec ce qu’il faut de gravité pour éviter d’être une énième comédie française qui s’oublierait dès son générique de fin, bref, un feel-good movie français réussi. Bon film !

 

  • Adaptation cinématographique du roman d’Alain Gillot, La surface de réparation paru en 2015 (Pas Lu).
  • p.s :  Certains d’entre vous apprécieront ses phases et explications techniques qui sont top et qui vous feront peut-être avoir un autre regard sur… le foot et le jeu d’échec.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *