Tully, ++++-

•Sorti France le : 27 juin 2018 // Vu le : 2 juillet 2018
•Synopsis et bande-annonce : tully (via Mars Films/YouTube)
•Chronique :

 

—  Charlize – Illustration de la fameuse Charge sociale mais aussi de la pression sociétale pesant sur la femme-maman-employée  –  Va à l’essentiel avec une durée parfaite

Subir les regards, surtout de ceux qui vous donnent l’impression d’être une mère indigne, mais aussi subir sa vie ou encore avoir la sensation que tout est plus facile pour les autres au point d’envier leur situation et la maîtrise en tout de celles-ci. Tully !

La femme et – « la routine de » – l’après grossesse, celle dépassée et pas très aidée par un mari absent à qui on trouve toujours des excuses, le genre qui arrive toujours après les batailles, bref de ceux qui mériteraient des claques.
Ce film aborde beaucoup de sujets que l’on entend en ces temps où ça pousse pour que cela avance côté justice sociale entre femmes et hommes. Il s’adresse à toutes et à tous, surtout à ces hommes qui ne se rendent pas compte de toute l’attention et le dévouement physique qui non, ne sont pas du.e.s à un pseudo satané instinct maternelle comme beaucoup le voudrait.

Tully n’épargne pas ses spectatrices et spectateurs en leur montrant Les Femmes, celles qui tentent de vivre leur vie de féminine, dans des situations délicates et parfois burlesques.
Ce constat, Charlize Theron l’est, elle qui ne s’est pas épargnée pour incarner cette maman légèrement à bout et qui doit se résoudre à ravaler sa fierté pour à contre-cœur, appeler à l’AIDE.
Sous ses faux airs de comédie avec de l’humour parsemé ici et là, Tully est très sérieux et ses fameux faux airs de comédie font passer tranquille – auprès du public – la pilule, celle de la sensation de l’échec personnel et des désillusions, ainsi que la nostalgie du temps jadis, quand votre corps vous le fait sentir.
Beaucoup aimeraient avoir cette chance, celle de pouvoir s’offrir les services d’une personne aussi attentive, empathique et complice, un privilège qui devrait être un droit en pareil cas. Mais que le monde réel est cruel ! Car quand elle n’a pas « Un pognon de dingue » pour s’offrir ce luxe, la femme qui devient mère avec son corps qui change et qui aux yeux de beaucoup devient principalement une maman, celle qui envie les autres qui ont la vingtaine, hé bien elle voudrait juste qu’on la regarde comme une femme dont le charme opère toujours, celle qui demeure en la mère et la maman.

Pas un mode d’emploi, mais pour vous qui avez des envies d’infanticide, pour vous qui n’avez pas compris la vie de certaines femmes et les pressions du quotidien qu’elles subissent, bref pour nous tous, ‎ce film intelligent fait avec un ton léger pour présenter un fond très sérieux, et qui est bien réalisé, hé bien ce film actuel qui relate une partie de la vie au féminin fait bien passer le message.
Brillant malgré la forme, si avec ce film bon nombre ne comprennent toujours pas ce qu’est la maternité, faudra pas insister. Il ajoutera de l’appréhension aux futures mères et celles qui pensent à le devenir, il préviendra les compagnes ou compagnons.
Je ne pense pas trop m’avancer en disant que Charlize Theron est parfaite dans ce rôle et que ce film est socialement et sociétalement utile. Bon film !

      • une : « Qui va garder la petite ? »

      • l’autre : « Elle a un père il me semble ! «