En eaux troubles (The Meg), ++++

•Sorti France le : 22 août 2018 // Vu le : 22 août 2018
•Synopsis et bande-annonce : eneauxtroublesthemeg (via  Warner Bros/YouTube)
•Chronique :

 

—  Des choix et pas des plus simples – La nature et ses indomptables lois – Et toujours ce petit bipède bien trop pédant et imprudent qu’est l’homme  —

Le pognon, l’ambition, la vanité pour ne pas dire la connerie. Une trinité qu’il va falloir un jour sanctifier. (- Ironie bien-sûr ! -)

Comme ceux qui vont titiller la planète Mars et qui ne savent pas ce qu’ils pourraient y trouver, En Eaux Troubles-The Meg c’est ça : La curiosité, ce vilain défaut chez l’homme qui nous y fout tous dedans et bien comme il faut.
Au début ça s’emmerveille et après ça crie, court – ici c’est plutôt nage – pleure, regrette, mais bien trop tardivement. En Eaux Troubles-The Meg exploite ces ingrédients, sans oublier le fameux héros devenu persona non grata qui revient au premier plan et met tout le monde d’accord.
Si vous trouvez des similitudes avec Jurassic Park qui avait excellement bien fait tout ça (l’exploitation des thématiques citées précédement) , ne soyez pas gêné.e.s de pensez que En Eaux Troubles-The Meg c’est donc Jurassic Park… mais en pleine mer, plus que Les Dents de la Mer.
En effet, pourquoi se compliquer la vie à chercher à faire de l’original et prendre des risques commerciaux, quand on peut faire simple en se contentant de prendre un existant et l’adapter avec une autre problématique.
Une des valeurs ajoutées de ce film est qu’en plus de s’être bien inspiré du légendaire Jurassic Park, est le fait que la réalisation ait intègré un peu d’humour et de préhistoire à la Piranha 3D, surtout côté festin open bar.‎ Le mélange fonctionne, tout est fait avec beaucoup de sobriété, de sérieux, le « too much » est évité pour faire le plus réaliste possible, le contraire de Rampage-Hors de contrôle.

Du dramatique, de l’action, acte d’héroïsme, des face-à-face saillants et du suspense, rien de trop poussé ou exagéré donc, oui en En Eaux Troubles-The Meg donne dans le grand spectacle vide tête qui captive, il fait le job bien comme il faut, avec un Statam qui pète la forme dans tous les sens du terme, Bon film !

 

  • p.s :  Et comme dans Jurassic Park, toujours un petit bout chou trop choupi.