Les vieux fourneaux, +++++

•Sorti France le : 22 août 2018 // Vu le : 28 août 2018
•Synopsis et bande-annonce : lesvieuxfourneaux (via GAUMONT/YouTube)
•Chronique :

 

—  Il y a là tout ce qu’il faut pour vous détendre – Car tout est fait pour – Une comédie dont l’intrigue façon puzzle passe presque trop vite  —

Anti-conformistes à fond et irrévérencieux comme pas possible, ce trio de personnages comme d’acteurs, oui, ces trois compères vont vous faire plaisir, autant qu’ils semblent en avoir pris lors du tournage de cette adaptation ciné.

Attachants malgré leurs frasques, touchants quand la mélancolie les rattrape, désolants mais drôles oh combien quand ils s’y mettent, ‎ces « Affreux » vieux séniors font aimer ce type d’aîné.e.s‎, et ce grâce à leurs aventures oscillant entre rancunes très tenaces, mélancolie,‎ et bourdes…beaucoup de bourdes.
Tout dans cette aventure est fait pour ne pas arriver à les détester, surtout le personnage de Pierre Richard, acteur qui dans ce film pète la forme…que dire d’autre de son interprétation que : « quel délice ! »
En effet, tantôt courageux, tantôt lâches, tantôt sérieux, souvent à l’ouest, gentiment méchants, il est difficile de ne pas s’attacher à ses trois petits cochons.
Les dialogues ainsi que les échanges sont limpides, parfois très directs, mais toujours avec du sens, Les Vieux Fourneaux‎ est un bon film badass mais troisième âge. Constat. Oui ! Plus ils sont vieux, plus ils semblent devenir chiants, mais bien bien chiants. Ces papys font plus que de la résistance à la chienlit sans oublier de bien emmerder les autres comme pas possible, mais c’est pour notre plaisir et il y en a croyez-moi !
Hé oui, cette comédie qui surprend bien son monde fait aussi comprendre que le mal a toujours une origine, qu’il faut éviter que cela soit trop tard pour panser les plaies et assumer les monstres que l’on engendre, bref, il y a un fond sérieux dans toute cette heure et demi de rigolade.‎‎ Bonne toile !

« En amour, il n’y a pas de prescription, hélas ! »

 

  • Adaptation cinématographique de la série de bande dessinée (pas lu) « Les Vieux Fourneaux » depuis 2014, réalisée par Wilfrid Lupano (scénario), Paul Cauuet (dessins), Dargaud (publication)
  • p.s :  La diatribe sur la responsabilité des vieux – « La pire génération de l’histoire de l’humanité » – de ce qu’est devenu le monde d’aujourd’hui est..comment dire…il ne faut pas lui enlever une seule virgule, et très sincèrement, ça fait du bien à entendre. Le plus important est qu’elle est à retenir.