Hunger Games, +++-

2012_043_hunger-games

 

De la perversité – Du superficiel – Du courage.

Woody Harrelson, Lenny Kravitz, Donald Sutherland, Stanley Tucci… youhou ! Des guests pour faire comprendre que cela ne va pas rigoler, donc pour attirer un plus large public.

En effet, ce teen movie issu lui aussi d’une adaptation littéraire nous propose cette vision assez radicale d’un monde de demain qui, en même temps, n’est pas si éloignée de celui d’aujourd’hui côté télé-réalité et division régionale.

La cruauté mise en show à l’écrit est une chose. Quand Hollywood nous propose une adaptation cinématographique et une bonne, aïe !
Le spectacle est grandiose tant dans le film que devant la toile, la perversité est plus que ressentie, l’hyperréalisme et donc le fait que cela pourrait arriver est plus que convaincant.
C’est un brin flippant et effarant.

Au vue de la fin, cela sent le lancement d’une nouvelle saga encore tirée d’un ou d’une série de romans –  après Harry Potter et Twilight, je laisse volontairement de côté la saga des Seigneurs des anneaux car dans un tout autre esprit – donc on a là une figure de style qui se pérennise, car ceux qui exploitent le filon savent qu’ils prennent une prise de risque minimum point de vue succès puisque le public des livres sera là, car curieux.

 

 

  • P.S :  Vous n’avez pas lu les bouquins ? Pas grave ! Même en ne les ayant pas lus, tout a été fait pour qu’à aucun moment, vous ne le ressentiez. Un teen-movie très sérieux, très adulte.
  • Adaptation cinématographique basée sur les romans éponyme de Suzanne Collins.