Dope, +++++ ♥

 

Trois mômes dans le vent auxquels on s’attache très vite – Un cerveau pour tous, pas tous avec le cerveau – S’adapter ou…s’adapter.

« Et on pensait qu’Obama était une tapette. Des drones, un pur gangstyle ».

Et oui, vous l’aurez compris, au programme de Dope* : délice auditif mais surtout, plaisir des yeux.

Oui, on va adorer la filouterie, le côté old school, les comiques de situation car le style du film, les dialogues, les personnages, l’ambiance, le son, ça l’FAIT, y a rien à jeter ! Très très fort, très très bon. Le film au premier abord ne paye pas de mine, mais en fait, il est Perfect, Terrible, Asewome. Un régal !

On rit, s’étonne, s’emmerveille devant tant de bonnes choses, surtout de se prendre une leçon de vie quand ce bonhomme geek et swag à mort, nous montre comment tourner à son avantage une situation bien mal barrée et faire d’un handicap une force. L’exemple avec un entretien très métaphorique, point d’orgue de coïncidence plus que trop bien embriquées.

Malgré le fun du film, il est très militant dans le fond et l’intelligence du réalisateur et des producteurs est d’avoir réussi à faire passer le message sans lourdeur, car oui, on sait tous que la drogue « c’est mal » muhmm…, les gangs pas bien du tout, le racisme et le monde cruel des ados… n’en parlons même pas ! Pour passer du statut de « Geeks-Nerds » à celui de « Dope » , faut cravacher, comme pour passer de celui de « Has been » à « Hype. »

Bonne toile, très bon moment en perspective !

 

  • P. S : Ne pas zapper le générique de fin. Un bel hommage à ce super méga danseur, icône des années 90 y est rendu.
  • * « Dope » pour plusieurs significations. Oui, il y a drogue. Mais porté sur les textiles et casquettes de ceux que vous croisez dans la rue, c’est un qualificatif signifiant plus le cool pour un événement, un moment, une chose cool, awesome, stylé, propre, propre, terrible, refait, etc… Petite précision, il faut avoir l’âge et être dans l’état d’esprit des personnes utilisant ce terme. Alors évitez de vous ridiculiser. Pour imager le propos, pensez à la tête des jeunes en face du mec de 50 ans les interpellant en disant « et les jeun’s » , c’est la même pour l’expression « Dope.«