James Bond : 007 Spectre, ++++

 

Surprise – Plus de fun mais toujours mesuré et savament distillé – Le Bond de la maturité ?

Bon bah voilà, souvent imité, jamais égalé, il faut se résigner. La référence met les points sur les « i. »

En effet, malgré les excellentes et récentes réalisations (Kingsman et Agents très spéciaux U.N.C.L.E) qui auraient pu lui mettre un bon coup de vieux, James Bond est, et apparemment sera toujours, LE seul voire l’unique film d’action glamour. On ne s’en lasse pas et ce même si la formule demeure la même depuis des lustres. Pour le coup, merci à l’impeccable Daniel Craig.

Un sujet de fond réaliste, Bond dans le dur du 2.0. Mais des longueurs qui cassent trop subitement le rythme et par moment l’impression de scènes pour remplir le cahier des charges – comme la course poursuite en voiture qui aurait pu être plus spectaculaire et en fait, elle est certainement la moins aboutie de la saga – font que l’on peut constater que l’important est ailleurs.

Effectivement, rien n’est très démesuré. On retrouve quelques hommages aux anciens 007 (avion et gros méchant façon Requin), tout est crédible, enfin… pour un James Bond.
Bon en gros, le personnage Bond est moins pédant qu’avant et Waltz est un méchant « simple » mégalo un peu dans le style Inglourious Basterds, donc excellent et pour le coup, il est de très loin le plus intéressant des méchants de la saga 007.

007 Spectre ! Pas de transcendance, mais plaisant à voir car on donne plus de profondeur à l’agent double 007. Le principal regret qui subsiste après avoir vu cet épisode est le trop court passage de Monica Bellucci, vraiment trop court.

Bon film, bonne toile !

 

  • Librement inspiré des aventures du personnage de fiction James Bond 007, créé en 1953 par l’écrivain et ancien espion britannique Ian Fleming dans le roman Casino Royale.