The King Of Staten Island, ++++

•Sortie France le : 22 juillet 2020 __ Vu le : 2 août 2020
•Synopsis et bande-annonce : thekingofstatenisland-vostfr (via Universal Pictures/YouTube)

Chronique :

 

 

Pour ses personnages Pour ses histoires Pour son ambiance…pour le tout en fait, mais ! …

Que cherche t-il ? Pourquoi n’avance t-il pas ? Combien de temps va t-elle accepter ça ?
Ces questions, certain.e.s d’entre-vous s’en poseront plein et cela dès le lancement du film !

Des concepts de – la – vie, des grands qui redeviennent des gamins, des jeunes adultes paumé.e.s, des intérêts qui s’entrechoquent, curieusement, on ressent très vite que le contenu de ce film s’avère tout simplement bienveillant… et reposant d’une certaine manière. En prime, ses 2h20 passent bien.

Film tranquille, qui a du cœur, on le regarde pour ses personnages, dont le principal, ce paumé et parfois cupide pour lequel – comme le sont sa sœur et le reste de sa famille – on s’attache, on s’inquiète tout en ayant parfois envie de lui en coller deux de claques. Le problème est comme pour le peu de faiblesse du film, on lui pardonne vite ses bêtises du fait qu’il nous donne bien du plaisir à suivre ses aventures ainsi que ses péripéties.

The King Of Staten Island est de ces films qui rendent sympathique cette fameuse autre Amérique, celle des villes paumées non loin des grandes attractives.
Il est ce type de film fait ‎d’instants drôles, avec d’autres très touchants et dont son sérieux côté fond peut nous rappeler une connaissance, une personne dans la même situation que ce jeune adulte qui a besoin de savoir et d’entendre certaines choses pour se libérer d’un poids très lourd, puis se construire et avancer‎, le genre de personne dont l’apprivoisement est long et complexe, mais en vaut la peine.

La leçon ou la morale du film ?  Afin d’éviter à nos enfants d’aller droit dans le mur, évitons de mettre les absents auxquels ils s’attachent trop – car ils en auraient une fausse belle image d’eux – sur un piédestal.
Sa subtile préconisation : Laissez-les être eux, faire des erreurs, faites-leur confiance‎ et surtout, ne les ménagez pas.
The King Of Staten Island !?  Touchant, pas si bouleversant que cela, il ne vous bouscule pas vraiment, en tout cas pour moi qui attendait cet effet là de lui, il n’y a pas vraiment eu le feu d’artifice émotionnel que j’escomptais, mais la satisfaction d’avoir passé un bon moment était là.
Plus feel-good movie qu’un film dramatique que j’aurais regretté d’avoir manqué, The King Of Staten Island provoquera peut-être ce sentiment en vous. Bonne toile !

 

« Si tu n’as pas peur, tu ne tournes pas rond »

 

 

  • p.s :  Dans ce film qui donne l’impression que les comédien.ne.s n’incarnent pas des‎ personnages mais sont eux-mêmes, ‎Marisa Tomei, elle comme son interprétation, c’est 5/5 et même coup de cœur.‎

 

 


 

@cineprochereviews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *