Polisse, +++++

2012_007_polisse

 

Du drame – De l’humour,beaucoup – Du cru.

C’est brut et vrai. La mise en image, les thèmes mais surtout les dialogues sont sans concession.
Sentimental et idéaliste, passez votre chemin.

Les scènes sont biens choisies, car nous sont communes, pour nous faire faire un tour des différents cas que ce corps de métier rencontre. Un film comme un docu détourné.
Pour exemple, côté cas. La scène du père Monsieur de la Faublaise trouvant son comportement avec sa fille normale donne envie de gerber. Celle avec l’interrogation d’une ado qui a une drôle de technique pour récupérer son téléphone portable, choque et fait rire en même temps, car le naturel, la spontanéité et surtout la naïveté dont elle fait preuve quand elle répond aux questions nous poussent à l’étonnement plus qu’à l’apitoiement ou la compassion.
En fait, on peut dire que la réalisatrice Maïwenn a ratissé large et a évité de stigmatiser une catégorie de personnes en ce sens qu’elle montre que les horreurs ne se commettent pas qu’au sein des foyers auxquels l’on pense, enfin, que les JT nous forcent à penser.

Côté métier. Maïwenn semble vouloir nous faire comprendre que la rudesse dans ce métier n’est pas forcément physique mais plus pshychologique et qu’il faut avoir le coeur bien accroché pour bien garder la tête sur les épaules et avoir un fort intérieur au-delà de la normale pour garder son self-control lors des nombreuses confrontations, le plus souvent violentes, auxquelles ils, mais surtout elles, font face.
On comprend qu’Ils en ont vus des choses et bien malgré cela, il y a toujours et aura toujours des surprises dont ils ne remettent et ne se remettront pas forcément de suite.

Côté humain. Car oui, le policier est un humain, pas juste un fonctionnaire formaté à respecter des procédures parfois bien stupides, souvent pas absolument adaptées à la réalité, car pas actualisées, Maïwenn fait une radiologie de ce métier en traçant les portraits de femmes et hommes, leur relation entre eux, entre eux et le métier, eux et les tiers inconnus qu’ils rencontrent en ne sachant pas ce qui va se passer quand ils sont face-à-face.

C’est noir, c’est glauque dans les situations pas à l’image, on se prend une claque, une bonne !

À la sortie de la séance, certains ne l’emmenaient pas large, moi compris !

 

 

  • P.S :  Maïwenn a poussé ses recherches jusqu’à suivre des équipes de Police de la Brigade de Protection des Mineurs pour être le plus juste possible dans sa mise en scène et cela se ressent.
  • P.S :  JoeyStarr m’a bluffé.

 

@cineprochereviews

Une réflexion sur “Polisse, +++++

Les commentaires sont fermés.