The Batman, +++++ ♥♥

•Sortie France le : 2 mars 2022 __ Vu le : 10 mars 2022
•Synopsis et bande-annonce : thebatman-vostfr1//thebatman-vostfr2 (via Warner Bros France/YouTube)
•Chronique :

 

Un mystérieux admirateur qui se donne beaucoup de mal pour attirer l’attention de son adoré – Un sacré duo dans un sacré gros polar plus que film d’action de super-héros pur  – ‎Enfin un Gotham City que l’on voit et que l’on comprend

THE BATMAN !? Enfin un Gotham City que l’on voit et que l’on comprend mieux !
THE BATMAN !? Un film sur Batman sans chichis qui fait plaisir.
THE BATMAN !? Un personnage hanté, sombre avant sa mutation.
THE BATMAN !? Une Batmobile plus trippante qu’une Muscle Car, plus qu’une Mustang Shelby GT500 Eleanor…si, si !
THE BATMAN !? Tout un ensemble qui – me – fait dire : MERCI Matt Reeves, MERCI Robert Pattinson et à l’ensemble du casting, MERCI à celles et ceux qui ont géré la bande sonore et la lumière de ce terrible western urbain – plutôt instructif – de 3 heures que l’on ne sent pas passer.
THE BATMAN !? Le Batman de The Batman fait aimer de nouveau Batman, le Batman Détective, enquêteur tenace,
« THE BATMAN !? » C’est Bruce Wayne jeune, un jeune adulte dont l’âge pourrait se situer entre 25-30 ans, un jeune adulte avec un style qui fait peur.
THE BATMAN !? Prenant, suffocant, Classe !
THE BATMAN !? À nouveau, comme dans Joker, le traitement du sujet complexe qui est la noirceur – contenue – de notre société est effectué en mode radioscopie ou exposé, faisant du film une œuvre limite philosophique sans concession côté jugement.
Stop ! Je descends d’un cran et je m’explique !

« I’m Vengeance »
Un Batman brutal (- sans trop de sang visible non plus -), un Batman sans chichis, un Batman qui prend du plaisir à faire ce qu’il fait, assume ses actes…ENFIN !
Rien qu’à l’intro avec son explication sur la peur, mais aussi pour les dessins sur les visages d’un groupe d’individus qui nous permet d’à peu près situer cet épisode qui n’est pas pile la suite après Joker, on a hâte de voir le reste.
Avec sa bande sonore de fond et sa lumière, The Batman est un peu le Batman que beaucoup attendaient. Sombre, suffocant, mystérieux, intime, des scènes avec juste ce qu’il faut, oui, le film est plaisant à regarder.
Voir le Chevalier noir avec ses doutes et ses certitudes parfois fausses, voir le Chevalier noir qui fait des confessions, voir le Chevalier noir et ses forces, voir le Chevalier noir et ses faiblesses, voir le Chevalier noir et ses démons intérieurs qui s’identifie aux victimes qui lui ressemblent, voir le Chevalier noir et sa force de conviction quand il est dans l’action, voir le Chevalier noir en prise à des secrets de famille dévastateur, voir le Chevalier noir face au plus gros mystère de sa vie, on est absorbé par ce qui nous est présenté.‎

The Batman, c’est aussi ‎un jeune Chevalier noir avec sa gueule de déterrée – mix entre le belle gueule rock grunge de « Kurt Cobain » et rock star du groupe « Kiss » qui fait non pas peur, mais peine à voir et ‎WHAT THE HELL !!!, que dire de cette Batmobile digne de la Eleanor, plus précisément de la Mustang Shelby GT500 Eleanor, un monstre d’une subtile beauté que l’on découvre lors d’une course poursuite de MALADE (- surtout la manière dont ladite course poursuite est filmée -), c’est du DINGO !

Dans Batman, le personnage d’Alfred qui est incontournable devient le personnage – tout court – de Batman et The Batman accentue cette impression, car il semble incarner la seule personne à n’avoir jamais perdu foi en l’être humain.
Dans The Batman, la captivante enquête ‎nous présente des personnages au top dans un film sur la face cachée des gens bien sous tous rapp‎orts au premier abord, mais c’est bien le cynisme pur de l’élite qui nous est montré ici. Dès lors, comme dans Joker, on peut constater qu’il s’agit d’un film engagé sur le délitement de notre société.

The Batman, Noir c’est noir, mais il y a de l’espoir pour DC Comics. Après Joker et ce The Batman un style est là, c’est-à-dire que le style thriller sombre empreint de profonde psychologie, des personnages complexes meurtris intéressants avec de la profondeur, c’est autre approche ou proposition sur des personnages fictifs bien connus, c’est la classe !
Donc, je pense qu’il va falloir que l’on s’habitue à une cohabitation de deux univers chez DC Comics : Les films grand spectacle parfois amusants de super-héros aux super-pouvoirs types : Aquaman, Wonder Woman, Suici‎de Squad etc… » et ce second type de films lugubres plus réalistes et bien plus attractifs.

Du début à sa fin, c’est impeccable !
The Batman s’apprécie pour son ambiance lourde et parfois suffocante tout du long de son récit, s’apprécie d’autant qu’il nous captive grâce à sa sombre et sacrée enquête qui attise notre curiosité, accroche notre attention.
Le Batman de The Batman fait aimer de nouveau Batman, le Batman Détective, celui obsédé par la Justice et qui passe beaucoup de temps à chercher la vérité sur le terrain. The Batman c’est aventure, enquête et castagne.

Marque la naissance du justicier et donc  la fin du vengeur, The Batman, c’est tout un ensemble qui fait vraiment dire : MERCI Matt Reeves, MERCI Robert Pattinson et à l’ensemble du casting, MERCI à celles et ceux qui ont géré la bande sonore et la lumière de ce terrible film à la fois western urbain-polar-thriller-thriller psychologique – plutôt instructif – de 3 heures‎ que l’on ne sent pas passer. Classe ! Bonne toile !

 

« La peur est un outil »

« Nos choix ont des conséquences »

« On n’imagine pas ce qu’un homme tout bien qu’il soit peut faire quand la situation l’exige »

 

 

  • n.b : No spoil ! Comme nous sommes un public des personnes bien réfléchies et attentives, je pense que vous aussi vous avez compris que Robin nous a probablement été présenté.
  • p.s :  Une rencontre dans un lieu qui n’augure rien de bon pour notre Batman, mais du très bon pour nous public.

 

 


 

@cineprochereviews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *