L’Événement, +++++

•Sortie France le : 24 novembre 2021 __ Vu le : 24 novembre 2021
•Synopsis et bande-annonce : l-evenement (via Wild Bunch Distribution/YouTube)

Chronique :

 

Vent de liberté — Vent de panique — Vent de déchéance …

Jeunes femme‎s de cette époque : Espoirs de grandeur de la famille qui reposaient sur elle.s, mentir pour rester digne et pour éviter le jugement‎, se cacher pour éviter la trahison, la solitude, vivre dans le désespoir et avec toutes les mauvaises idées qu’il engendre.

L’Événement a pour sujet de fond une thématique sociétale forte qui est l’avortement, ça c’est entendu ! Mais le film offre aussi l’occasion de découvrir la vie des jeunes personnes à cette époque, l’an 1963 :
-« La Liberté. » Évanescence bridée par le moralisme du conservatisme ; Les jeunes femmes qui abandonnent leur vie pour rentrer dans le rang d’une longue lignée de femmes n’ayant pas eu le choix de leur vie, portrait qui contraste avec celui d’autres jeunes femmes au désir et une « envie plus forte que tout » de vivre l’instant malgré les risques. L’Événement est une bonne piqûre de rappel qui tombe bien, c’est-à-dire que ce qui y est montré permet de se rappeler pourquoi il est important de rester vigilent et de se battre pour un acquis légitime ;
-« La Liberté patriarchale. » Une pensée tabou, surtout avec l’épée de Damoclès qu’était la loi la prison, ‎frustration sexuelle, ce que c’était qu’être une femme avec une grossesse non désirée à cette époque ;‎
-« La liberté humaniste. » La suite de votre vie qui ne tenait qu’à la décision d’un médecin et de l’observation qu’Il prononçait.‎

Avec sa petite musique d’ambiance au piano et les plans qu’elle accompagne, par moment, L’Événement prend des allures de thriller qui nous présente un objectif et une détermination à une époque pas si lointaine que cela.‎
Avec son visage très expressif surtout quand il s’agit de retranscrire l’anxiété et la panique qui habitent son personnage, l’actrice Anamaria Vartolomei nous embarque facilement avec elle dans sa quête à une époque dont on se dit « sérieusement !? »
Cette interrogation survient naturellement du fait d’être étonné de voir que le changement de comportement subite de personnes de confiance montre que l’humain et la peur, l’humain et son côté charognard n’ont guère évolué et qu’il y a peu de chance que cela arrive.
Les instincts de survie dans ce film sont diamétralement opposés et cela est bien marqué.

Différents profils de filles, beaucoup de sujets satellites dont la plupart sont instructifs, des choses dans le film parleront aux femmes qui ont vécu cette époque, à celles d’aujourd’hui qui sont parents, celles d’aujourd’hui qui sont jeunes et qui peuvent prendre en compte la richesse de leur héritage social dans le domaine de la liberté de pouvoir faire ce qu’elle veulent de leur corps dont  avorter, mais le film est aussi pour nous, les hommes…enfin pour le peu qui iront le voir.

Avortement clandestin, périple de A à Z pas facile à suivre pour son public, car ressentir à ce point par moment – à trois précisement- la douleur physique comme psycho de ce qui se passe à l’écran, de mémoire, cette année, il ne me semble pas qu’il y ait eu d’autres œuvres ayant provoquées une telle sensation…et c’est un spectateur qui vous le dit…Oranges Sanguines peut-être avec sa scène dans le garage.
L’Événement comporte en effet trois scènes fortes dont une pas facile non pas à regarder, mais à entendre. Bien qu’elle doit produire une sensation absolument pas agréable pour une spectatrice, voir et entendre ce que certaines d’entre-elles ont vécu et subi à cette époque vaut d’affronter ce désagrément sans conséquence directe pour soi.
Film intéressant pour les femmes, il vous sera très utile à vous les hommes, maris, pères, compagnons, petit-ami, pote, meilleurs amis, sex friend, coup d’un soir, toy boy, gigolos et le sera aussi aux ultra-conservateurs et conservatrices…mais pour ces derniers et dernières, à la vue de l’ambiance locale et internationale actuelle sur le thème de l’avortement, j’ai peu d’espoir !
Non pas bonne toile, ni bonne scéance, ni bon film, juste restons éveillé.e.s !‎

 

 

« J’ai le genre de maladie qui ne touche pas les hommes et transforme les femmes en femme au foyer »

« Tu fais ce que tu veux, cela ne nous regarde pas »

 

 

 

 


 

@cineprochereviews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *